Agenda

 ◄◄  ◄  ►►  ► 
MARS 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Conseil Municipal du vendredi 14 octobre 2016 - Déclaration du groupe Guyancourt pour tous

Déclaration de François Morton

Lorsque nous nous sommes présentés devant les électeurs lors du dernier scrutin municipal, François Deligné avait clairement exprimé que ce serait son dernier mandat… un mandat de passage de relais… si les habitants lui renouvelaient leur confiance.

Les Guyancourtoises et les Guyancourtois se sont exprimés sans ambigüité, en donnant une très large majorité – près de 68% - à l’équipe sortante et à son Maire.

François Deligné choisit donc aujourd’hui de passer le relais après avoir servi la Ville pendant 27 ans, dont 14 années en tant que Maire. Son investissement pour la ville et sa volonté sans faille de défendre l’intérêt de Guyancourt et des Guyancourtois sont remarquables et incontestables.

Lors d’un prochain conseil municipal, ce sera aux conseillers municipaux de se prononcer et de désigner l’élu/e qui sera le mieux à même de poursuivre le travail engagé par François Deligné.

La majorité municipale « Guyancourt pour Tous » présentera la candidature de Marie-Christine Letarnec, première adjointe depuis 2014, en charge de l’Education, de la Jeunesse et des Finances.

L’équipe travaillera en continuité et portera le projet de Ville voulu par les Guyancourtois.

Avec mes collègues, je voudrais exprimer mon profond respect pour l’engagement formidable de François Deligné durant toutes ces années, pour la ville et pour les Guyancourtois. Je tenais également à remercier François Deligné pour la confiance qu’il nous a accordée. Bien sûr, il restera dans l’équipe, en tant que conseiller municipal,  jusqu’à la fin de mandat comme il s’y était engagé. Il restera également conseiller communautaire.

Je sais que vous êtes nombreux ici à partager mon sentiment. En tout état de cause, j’espère que cette assemblée ne deviendra pas le lieu de polémiques malvenues, et que chacun restera digne. C’est la volonté de l’immense majorité des élus et c’est ce qu’attendent les Guyancourtois. Rappelons-nous que nous sommes avant tout au service des habitants.

Je vous remercie. 

Conseil Municipal du vendredi 8 avril 2016 - Déclaration concernant le vote du Budget Primitif 2016

Déclaration de Danielle Hamard sur le vote du Budget Primitif

 

Jamais un budget n’aura été aussi difficile à équilibrer que le BP 2016 !

1/ La préparation budgétaire aura été cette année extrêmement longue et délicate tant les contraintes pesant sur notre collectivité étaient nombreuses :

  •  Baisse de la Dotation globale de fonctionnement de 1.06 millions d’euros en 2016, qui s’ajoutent aux baisses successives depuis 2010.
  • Désengagement du Conseil départemental :
    • – 371 000 euros d’aides aux crèches en 2016, qui doivent être entièrement compensés par la Ville
    • Diminution des aides à la culture : - 20 000 euros en 2015 et l’équivalent, voire plus, en 2016.

Au-delà des baisses, brutales et sans préavis, des subventions aux communes, le département multiplie les coupes budgétaires au détriment des habitants et dans des domaines relevant pourtant de sa compétence : prévention spécialisée (-16 600 euros pour Guyancourt), suppression de l’aide aux combustibles pour les séniors et personnes en situation de handicap (-17 000 euros).

Là où le conseil départemental fait le choix malheureux de se désengager, la ville continuera, elle, à prendre sa part et assumer son rôle de bouclier social.

  •  La communauté d’agglomération a aussi fait le choix de poursuivre son désengagement, mettant ainsi en difficulté les communes : -117 620 euros d’aides aux équipements culturels en 2015. Pour 2016, la ville devrait recevoir à peine 62 000 euros !
  •   Hausse de l’enveloppe globale du FSRIF, qui porte notre contribution à 1 400 000 euros, soit 150 000 euros de plus qu’en 2015.

 Guyancourt fait ainsi les frais des baisses cumulées de ses dotations. En 6 ans, elle a perdu 10,5 millions d’euros !

2/ Heureusement, la Municipalité a mené depuis de nombreuses années une politique visant à faire des économies de fonctionnement : actions volontaristes en matière de développement durable et d’économie d’énergie, rationalisation des m² dont la ville est propriétaire, diminution du budget de la communication, etc. Elle peut s’appuyer aussi sur une très forte attractivité économique, entretenue depuis de nombreuses années et qui apporte des ressources précieuses.

Ces efforts importants nous ont permis, au fil des ans et sans augmenter les impôts, de réaliser le programme que les habitants appelaient de leurs vœux : nouvelle école Labbé-Breton, multi-accueil Poulbot,

3/ Aujourd’hui, notre bonne gestion n’est hélas plus suffisante tant la pression est forte et multiple.

Les arbitrages budgétaires qui ont été faits nous permettent de garder le cap sur notre projet de ville et ses priorités : la solidarité et l’éducation.

Ils permettront aussi de réaliser les engagements que l’équipe municipale a pris devant les habitants en 2014 : comme lors du dernier mandat, tous les engagements pris seront tenus.

Pour ce budget 2016, nous avons donc du continuer à faire des économies de fonctionnement. Un gros effort a été fait puisque 236 000 euros au total ont pu être trouvés.

Ces efforts d’économie sont indispensables, mais hélas pas suffisants. C’est pourquoi nous avons du activer le levier de la fiscalité, dernier outil à disposition de la ville.

L’évolution des taux reste néanmoins maîtrisée et juste :

  • Maîtrisée car elle est sans commune mesure avec l’augmentation brutale décidée par le conseil départemental : +5,8% et +11,5% pour la ville contre +66% pour le Département.

A noter également que nos taux restent parmi les plus faibles de Saint-Quentin-en-Yvelines : pour la TH, par exemple, le taux (12.23%) est non seulement sous la moyenne intercommunale (14,41%) mais aussi parmi les 4 plus faibles de SQY élargie. Il demeure ainsi moins élevé que ceux d’Elancourt, La Verrière, Trappes, Voisins le Bretonneux, les Clayes-sous-Bois, Plaisir, Villepreux et Maurepas.

De plus, la TH comme la TFB restent inférieures à la moyenne de la strate nationale (respectivement 24,19% et 20,52%).

  •  Juste car la hausse s’appuie davantage sur la participation des entreprises que sur celle des particuliers. En effet, dans la mesure où les entreprises contribuent à hauteur de la moitié de notre produit fiscal, nous avons fait le choix d’augmenter la taxe sur le foncier bâti  d’avantage que la taxe d’habitation. La forte attractivité économique permet ainsi de limiter la charge fiscale des particuliers.

 4/ Grâce à ce triple effort – économies de fonctionnement, attractivité économique et évolution des taux de fiscalité – nous pourrons répondre aux besoins de la vie quotidienne des habitants.

Au moment où les différents niveaux de collectivités se désengagent, de défaussent et s’éloignent, la ville restera au plus près des habitants et assumera ses missions en matière de solidarité et d’éducation. Nous serons bien seuls, mais nous garderons notre rôle de bouclier social !

Conseil Municipal du vendredi 8 avril 2016 - Déclaration concernant l'enquête publique sur la Ligne 18

Déclaration de Richard Mézières concernant l'enquête publique sur la ligne 18

Le projet d’aménagement de la ligne 18 du métro du Grand Paris est entré dans une nouvelle phase. Du 21 mars au 26 avril 2016, l’ensemble des habitants et acteurs locaux sont invités à s’exprimer dans le cadre de l’enquête publique. Des permanences sont organisées à la mairie de Guyancourt  (les 21 mars, 9 avril, 26 avril) et une grande réunion publique, organisée par la Société du Grand Paris, aura lieu au Pavillon Waldeck Rousseau le 14 avril prochain.

Il s’agit d’un moment démocratique important et nous invitons chacun à donner son avis.

Vos élus, à vos côtés, ont su exprimer leurs exigences depuis les prémices de ce grand projet. Nous nous sommes mobilisés pour que ce réseau de transport structurant desserve Guyancourt par une voie souterraine, et non sur des piliers de 12 mètres de haut qui auraient défiguré la ville.

Au-delà des questions environnementales exprimées par certains collègues du plateau de Saclay, l’enjeu est maintenant pour Guyancourt de réussir l’implantation de la gare. Cet aménagement devra se faire dans le respect de notre identité de ville et de notre paysage urbain. Il devra également  s’accompagner de la réalisation d’interconnexions entre la gare et les réseaux de transports existants (RER, bus, TCSP) afin d’irriguer au mieux Guyancourt et Saint-Quentin-en-Yvelines.

Nous saurons ensemble, élus et habitants, faire valoir nos exigences car nous avons une vision claire de notre projet de ville.

Guyancourt restera une commune pour tous, solidaire, et agréable à vivre.

 

 

Conseil Municipal du mercredi 10 février 2016 - 2nde déclaration concernant le Rapport d'Activités Budgétaires

Déclaration de Patrick Planque concernant le rapport d'orientations budgétaires

La préparation du budget 2016 est particulièrement difficile et longue cette année. Les contraintes financières qui pèsent sur Guyancourt nous obligent à résister et à nous adapter. C’est d’autant plus injuste que notre gestion des finances locales est saine, avec un taux de fiscalité parmi les plus faibles de Saint-Quentin-en-Yvelines et un emprunt très limité.

La Municipalité s’efforce de maintenir le développement économique de la Ville. L’arrivée de nouvelles entreprises renforce l’attractivité de Guyancourt mais garantit aussi des ressources précieuses pour financer les actions municipales en direction des habitants. Depuis le début du mandat, nous avons permis l’installation de Baxter, aux Saules, mais aussi l’extension du Crédit Agricole et d’Asmodée. Nous avons également eu la confirmation que l’Association Nationale pour la Formation Automobile s’installera à proximité du Technocentre Renault. Le campus de l’ANFA comprendra des services d’accompagnement aux entreprises de l’automobile et accueillera un pôle de formation des jeunes en alternance.

Si le développement économique est indispensable, il n’est malheureusement pas suffisant. Les baisses de ressources, qui viennent d’être détaillées par notre collègue, sont telles que les choix qui sont devant nous vont être très difficiles. Le ROB fait apparaitre, au moment où nous parlons, un delta de 3.9M€, du jamais-vu dans notre commune.

Mais nous garderons le cap sur nos priorités : celles de l’éducation et de la solidarité.

En effet, nous savons, ici à Guyancourt, que l’éducation est absolument essentielle. Elle est un vecteur d’épanouissement, de cohésion de la société et de transmission des valeurs fondamentales. C’est pourquoi nous continuerons de mettre les moyens nécessaires pour que nos enfants et nos jeunes puissent devenir des citoyens libres et éclairés. Nous poursuivrons une politique éducative globale, enracinée dans nos principes républicains : l’Egalité des chances ; l’intégration de chacun, quelque soit ses origines, son milieu social, ses différences ; la Laïcité.

La solidarité est notre seconde boussole. Dans un contexte de crise économique mondiale, l’équipe municipale est convaincue que la commune doit être le premier « bouclier social ». Au plus près des habitants, la Ville continuera de répondre aux besoins de la vie quotidienne : les crèches, les écoles, le logement, les loisirs. Alors que de nombreuses institutions font le choix malheureux de se désengager, Guyancourt continuera aussi de favoriser l’insertion sociale, l’orientation des jeunes, l’accessibilité des personnes handicapées, l’emploi et maintiendra sa politique d’aide aux plus démunis d’entre nous.