Agenda

 ◄◄  ◄  ►►  ► 
JUILLET 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Conseil municipal du 10 avril 2019 - Déclaration du groupe Guyancourt pour Tous sur le Budget primitif 2019

Danielle Majcherczyk


Notre Conseil municipal vient d’adopter le budget primitif 2019 de notre Commune. Depuis quelques années, les budgets primitifs sont particulièrement difficiles à équilibrer. C’est le cas cette année encore, en raison du désengagement de l’Etat mais aussi des incertitudes sur les recettes à venir.

- La Dotation globale de fonctionnement, versée par l’Etat, baisse de nouveau cette année. La notification définitive, que nous avons reçue il y a quelques jours seulement, fait état d’une diminution de 273 000 euros. Sur 5 ans, cela représente une perte de 3,5 millions d’euros.

- Quant au système de péréquation financière, nous sommes encore dans l’incertitude concernant le montant de notre contribution au FSRIF. Elle est estimée à 750 000 euros cette année. Grâce au travail de la Municipalité au sein du Forum Métropolitain, nous avons réussi à faire baisser notre contribution au fil des ans en faisant en sorte que les critères sociaux soient mieux pris en compte dans le calcul du fonds. Nous poursuivons ce travail au sein des instances nationales pour que la justice sociale soit réelle.

- Côté agglomération, vous le savez le Maire s’est battue pour que l’égalité de traitement entre les 12 communes soit assurée dans les transferts de charge. Guyancourt a déposé un recours contre l’agglomération et le tribunal administratif vient de nous donner raison. C’est une première victoire, car l’agglomération a été contrainte de redélibérer jeudi soir pour se mettre en règle. Maintenant il faut continuer notre mobilisation pour imposer une « clause de revoyure » de la CLECT. L’agglomération a entamé le travail pour l’éclairage public. Il faut maintenant que la clause de revoyure soit généralisée à toutes les compétences…

Heureusement, nous avons fait de nombreux efforts les années passées pour évaluer au plus juste nos dépenses mais aussi augmenter nos recettes :

• Nos actions volontaristes en matière de développement durable et d’économies d’énergie. Ces efforts d’investissement permettent de réelles économies de fonctionnement sur le long terme. La réhabilitation de l’école Robespierre, que nous entamons cette année, sera exemplaire de notre démarche.

Nous aurons un aperçu concret des fruits de notre travail dans le rapport en matière de développement durable, qui sera présenté tout à l’heure.

• Les services de la Ville ont aussi poursuivi leurs efforts pour maîtriser les budgets de fonctionnement et poursuivre les économies là où elles pouvaient être faites. Nous remercions l’ensemble des services pour le travail fait, leur professionnalisme mais aussi leur capacité d‘innovation.

• Nous pouvons aussi nous appuyer sur notre attractivité économique. Les très nombreuses entreprises qui se développent à Guyancourt favorisent non seulement l’emploi mais apportent aussi des ressources pour financer le service public aux habitants. Près de la moitié du produit fiscal provient des entreprises Guyancourtoises. De nouvelles arrivées sont prévues : ENEDIS, qui rejoindra le bâtiment Proxima V, inauguré le 28 mars dernier, mais aussi l’entreprise japonaise JST qui s’implantera dans les années à venir…

Ce sont tous ces efforts qui nous permettent d’équilibrer le budget aujourd’hui.

Nous garderons ainsi le cap sur le projet de ville sans augmenter les taux de fiscalité locale. La taxe foncière et la taxe d’habitation resteront à leur niveau de 2016, à un niveau inférieur au taux moyen national et au taux moyen de la strate.

Nous maintenons nos priorités en matière d’éducation, de solidarités et de développement durable. Les grands projets d’aménagement se poursuivront : mail des Saules, place du marché, coulée verte, salles d’arts martiaux. Notre objectif reste le même : assurer le service public aux habitants et réaliser la totalité des engagements que nous avons pris devant les Guyancourtois.

Conseil municipal du 18 février 2019 - déclaration sur le Service Public

Patrick PLANQUE

Le service public est le patrimoine de ceux qui n’en n’ont pas. Attachés à ce principe essentiel, le Maire et l’équipe municipale portent une attention quotidienne aux actions de proximité menées au bénéfice des habitants. Cette qualité du service public est et restera notre priorité.

Alors que les clichés continuent d’aller bon train contre les fonctionnaires ; alors que beaucoup de responsables politiques nationaux et locaux veulent réduire leur nombre et casser le service public, nous continuons d’affirmer que nous sommes fiers, à Guyancourt, de pouvoir compter sur des agents municipaux investis, dans nos crèches, nos centres de loisirs, nos écoles, sur nos voieries, à l’hôtel de Ville, dans nos gymnases, nos équipements culturels …

Le service public local n’existe que parce qu’un personnel compétent le met en œuvre, quotidiennement, pour les habitants. Et ils répondent présents lorsque, touchés par des épisodes de neige, comme le mois dernier, les Guyancourtois sont coincés sur les routes ou dans l’incapacité de venir chercher leurs enfants dans nos équipements communaux. Ils sont toujours là lorsque la société de restauration scolaire connait une grève et demeure pendant plusieurs jours dans l’incapacité de livrer les repas des écoliers. Contrairement à d’autres communes, nous n’avons pas appelé les parents pour qu’ils viennent chercher leurs enfants le midi : des agents de la Ville ont fait en sorte que les enfants puissent déjeuner et gouter à la restauration scolaire.

A ceux qui pensent que le service public est inutile, rappelons encore et toujours que 69% des Français y sont attachés : de quoi battre en brèche des idées reçues.

Conseil municipal du 18 février 2019 - Déclaration sur le Relais d'Assistants Maternels et le Lieu d'Accueil Parents/Enfants

Déclaration du groupe Guyancourt pour Tous sur le Relais d’assistants maternels et le Lieu d’accueil parents/enfants

Ali BENABOUD


Guyancourt est reconnue par la qualité de son service public en matière d’enfance et de petite enfance. Les politiques publiques que nous menons s’adaptent à la jeunesse de notre population (dont la moyenne d’âge est de 35 ans) mais aussi à la diversité des situations familiales. La Commune offre des moyens de garde variés : crèche familiale et collective, multi-accueils, sans compter les nombreuses places en crèches d’entreprises. Chaque quartier de la Ville est doté d’une structure d’accueil de la petite enfance, pour être au plus près des familles.

C’est pour satisfaire encore d’avantage les besoins des parents et des professionnels de la petite enfance que l’équipe municipale s’est engagée à créer un Relais d’Assistants Maternels et un Lieu d’accueil Parents-Enfants. Services de proximité utiles et demandés, ils constitueront de nouveaux lieux de vie et d’échanges autour de l’enfant. Ces derniers restent au cœur de nos politiques municipales et nous avons toujours à cœur d’offrir aux familles Guyancourtoises, qu’elles viennent d’arriver dans notre commune ou qu’elles y soient installées depuis longtemps, des services publics efficaces et adaptés à leurs besoins. Avec le système des quotients familiaux, aucune ne paie le coût réel du service qui est proposé.

Nous savons aussi que des politiques publiques ambitieuses en matière de petite enfance contribuent à renforcer l’égalité entre les femmes et les hommes. Les nombreuses familles monoparentales installées sur la commune – souvent des femmes seules avec enfant(s) - comptent sur les berceaux municipaux pour allier vie professionnelle et vie familiale. Il en va de la stabilité de leur foyer mais aussi du bien-être des jeunes Guyancourtois. Elles peuvent aussi compter sur les services de l’Ecole des parents de Guyancourt, lieu d’accueil important autour de la parentalité. Les noms de Madeleine Bres, première pédiatre femme française, et de Joséphine Baker, artiste engagée et mère d’une « tribu arc en ciel », ont été choisis pour rappeler notre engagement féministe.

Nous continuerons d’agir pour être à la hauteur de notre statut de Ville amie des enfants.

Conseil municipal du 18 février 2019 - déclaration sur le Rapport d’orientation Budgétaire

Déclaration du groupe Guyancourt pour Tous sur le Rapport d’orientation Budgétaire

Rosemary JOURDAN

 

Les élus municipaux connaissent désormais très bien les contraintes budgétaires qui rendent très difficile la préparation du budget communal. Rappelons que contrairement à l’Etat, nous devons voter un budget équilibré en fonctionnement et en investissement.

2019 ne déroge hélas pas à cette regrettable évolution :

  • Pour commencer, les dotations de l’Etat ne sont toujours pas à la hauteur des compétences que doivent exercées les Communes. Les habitants attendent légitimement beaucoup du service public, mais nous sommes contraints de mener toujours plus de politiques publiques avec de moins en moins de moyens. Nous avons appris que la DGF devait diminuer cette année encore, avec une baisse prévisionnelle de 234 000 €. En 9 ans, Guyancourt a perdu 4,5 millions d’euros… une somme énorme, qui a fortement grevé notre budget de fonctionnement. 
  • La Commune subit en plus les désengagements des autres collectivités. L’agglomération notamment a voté un budget drastique pour 2019 : nos équipements culturels municipaux vont perdre la moitié de leurs dotations en 2019 et elles seront totalement supprimées en 2020. C’est la culture, vecteur essentiel du vivre ensemble qui fait de nouveau les frais des coupes budgétaires. Ces baisses de subventions toucheront également les associations du territoire, qu’elles soient sociales, sportives ou culturelles.
  • L’incertitude pèse toujours sur la taxe d’habitation. Elle sera compensée pour 2019, mais qu’en est-il des années à venir ? Les abattements, qui constituent un effort de la commune en faveur des plus modestes, seront-ils pris en compte ? 
  • Quant au Fond de Solidarité de la Région Ile de France, le Maire et la Municipalité sont parvenus au fil des ans à diminuer son montant, mais le système de péréquation doit être réformé dans les années à venir, sans que l’on sache dans quel sens veut aller l’Etat. Nous continuerons de nous mobiliser pour que soit pris en compte les besoins sociaux des habitants dans les critères de calcul du fonds. La justice et l’équité doit être au cœur des orientations à venir.

Malgré ce contexte défavorable, nous continuerons nos efforts au service des Guyancourtois :

  • Nous poursuivrons nos efforts pour maîtriser les dépenses publiques de fonctionnement. Nous encourageons les services de la Ville à mener un travail minutieux pour optimiser les dépenses et nous tenons à nous associer aux remerciements que Madame le Maire a exprimés.
  • Nos actions volontaristes en matière de développement durable nous permettent d’entretenir notre patrimoine bâti mais aussi de réaliser de vraies économies d’énergie. La réhabilitation énergétique du groupe scolaire Maximilien Robespierre en est un exemple. Nous poursuivons également la maîtrise de nos m2 existants : le RAM et le LAEP prendront par exemple place dans des locaux municipaux, sans construction nouvelle ; l’an passé, le Phare Jeunesse a aussi pris place dans les anciens locaux de la Maison de la poésie.
  • Nous défendrons aussi l’attractivité économique de la Ville. Un chiffre extrêmement éclairant est à garder en tête : les entreprises Guyancourtoises sont les premiers contributeurs fiscaux à l’échelle de l’intercommunalité : 35 millions d’euros sont reversées à Saint-Quentin-en-Yvelines. C’est un montant à mettre en perspective avec l’attribution de compensation, relativement faible, que nous reverse l’agglomération (de 6 millions d’euros).
  • L’arrivée récente de l’entreprise APAVE, celle à venir de GENARIS et à plus long terme de la société japonaise JMT garantiront des ressources précieuses pour financer nos politiques publiques en direction des habitants. Il est toujours important de rappeler que la moitié des recettes fiscales perçues par la Ville proviennent des entreprises, c’est autant de pression fiscale en moins sur les habitants ! Les taux d’imposition locaux pour les habitants n’augmenteront pas cette année encore.

En 2019, nous garderons le cap pour entretenir notre patrimoine et protéger nos habitants. Nous continuons d’assurer le rôle de « bouclier social » que l’Etat et les autres collectivités n’assument hélas plus depuis longtemps. Nous continuerons de mettre en œuvre le projet de Ville voulu par les Guyancourtois, autour de nos trois axes prioritaires : l’Education, les solidarités et le développement durable.

Nous présenterons pour 2019 un budget primitif équilibré. Le travail à venir sera d’autant plus aisé que notre gestion des finances locales est saine, avec un taux de fiscalité parmi les plus faibles de Saint-Quentin-en-Yvelines et un emprunt très limité.