Agenda

 ◄◄  ◄  ►►  ► 
MAI 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Conseil Municipal du mercredi 10 février 2016 - Déclaration concernant le Rapport d'Activités Budgétaires

Déclaration de Lassaâd AMICH concernant le rapport d'orientations budgétaires

Chacun le sait, les contraintes financières qui pèsent sur les collectivités locales sont de plus en plus importantes.
Hélas, Guyancourt ne fait pas exception. Notre ville n’étant pas un ilot hors du monde, nous faisons face, nous aussi, à la crise économique mondiale et à ses conséquences... Comme les autres communes, nous participons à l’effort de redressement des finances publiques, qui engendre une baisse des dotations versées par l’Etat (- 20% pour 2016).

Mais nous pâtissons plus que d’autres du désengagement flagrant des institutions partenaires, notamment le conseil départemental des Yvelines et la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. Parce que nous – Ville – sommes « en bout de chaine », les effets de ces désengagements sont démultipliés.

C’est d’autant plus inacceptable que les contribuables Guyancourtois (habitants et entreprises) participent très fortement à la richesse départementale et intercommunale. Nous versons 23 millions d’euros au Département et 27 millions à la CASQY. Nous sommes donc en droit d’attendre des aides nécessaires et des services publics de qualité pour nos habitants.

Or, qu’en est-il ?

• Dès le budget 2015, l’exécutif de la communauté d’agglomération s’en est clairement pris aux aides aux communes. L’an dernier, nous avons ainsi perdu près de 120 000 euros pour nos équipements culturels, et ce chiffre risque de doubler, voire tripler, cette année. Parallèlement des services aux habitants sont supprimés, comme la Maison de la poésie, la Maison de l’environnement, tandis que les subventions aux associations ont diminué drastiquement.

2016 laisse craindre le pire !

• Quant au Département, pourtant l’un des plus riches de France, il vient de voter un budget clairement anti-social… Doit-on rappeler que le social est sa première compétence ? 24 millions d’euros viennent d’être supprimés dans des domaines pourtant essentiels aux habitants : les crèches (-2,3millions €), l’aide sociale à l’enfance (-2,9 millions €), la prévention spécialisée (-2,4 millions €). La culture, le sport et la jeunesse pâtissent également de cette politique (-2,7 millions €). Des actions, autrefois financées par le Département seront désormais à la seule charge de la commune.

A cela s’ajoute une hausse sans précédent de la taxe foncière (+66%) alors même que le Département arrive à dégager 50 millions d’euros pour son autofinancement et continue de financer des actions non essentielles (Maison des Yvelines au Sénégal, Paris-Nice etc.). Certains conseillers départementaux de droite s’en sont même offensés et n’ont pas voté le budget 2016 !

Quand il s’agit de budget, tout est une question de choix. Oui, faire des économies est nécessaire mais pas à n’importe quel prix, pas n’importe comment. Pour notre part, nous gardons le cap : la priorité aux habitants.

Conseil municipal du 14 décembre 2015 - Déclaration concernant la démocratie locale à Guyancourt

Déclaration de Stéphane Olivier concernant la démocratie locale à Guyancourt

La Municipalité a mis en place de nombreux dispositifs de démocratie locale. Les élus du groupe Guyancourt pour Tous ont en effet à cœur d’être au plus près du terrain et des habitants. Nous venons au contact des Guyancourtois lors des manifestations de la ville, bien sûr, mais aussi dans le cadre de rendez-vous spécifiques :

• les tours de ville ;
• Les visites et assemblées de quartier ;
• les réunions publiques liées à des projets d’aménagement ou de rénovation ;
• les groupes de travail partenariaux relatifs au logement, à la restauration scolaire ou encore à la tranquillité publique ;
• l’accueil des nouveaux habitants ;
• Allô Monsieur le Maire, dispositif qui existe depuis de nombreuses années à Guyancourt et qui permet aux habitants de joindre le Maire en direct et sans filtre.

Au fil des ans, nous avons en effet créé les conditions d’un dialogue permanent avec les Guyancourtois, afin de confronter notre travail à leurs remarques et d’adapter nos décisions en fonction de leurs besoins.

Pour renforcer ce lien privilégié, nous avons décidé de proposer de nouveaux rendez-vous. A partir du mois de janvier, les adjoints aux Maires recevront les habitants au cœur même des quartiers.

Ces échanges seront l’occasion de répondre à leurs questions, de les orienter vers les services et institutions compétentes ou tout simplement d’écouter leurs attentes et suggestions.

Nous veillerons, comme nous le faisons toujours, à être à leur écoute, avec équité et solidarité.

 

Conseil municipal du 14 décembre 2015 - Déclaration concernant les aménagements et projets d'avenir


Déclaration de Florence Coquart concernant les aménagements et projets d’avenir 

 

La Municipalité s’attache au quotidien à défendre les équilibres fondamentaux de notre commune.
Les délibérations que notre conseil municipal vient d’adopter sont la traduction du travail que nous menons pour préserver le cadre de vie des Guyancourtois :

• Le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal entérine les orientations de notre projet de ville, déjà fixées dans notre PLU. C’est notamment le cas en ce qui concerne les espaces verts et bleus de notre territoire. Le PLUI intègre ainsi le classement des étangs de la Minière et des sources de la Bièvre, la sanctuarisation des terres agricoles à l’est de la route départementale 91 mais aussi la destination « agricole » des terres à l’ouest de la RD91.
Le PLUI réaffirme donc les ambitions de Guyancourt, une Ville que nous voulons durable, attractive, agréable à vivre et solidaire.

• C’est aussi pour préserver ces équilibres que nous demandons à ce que soit créée une ZAD (Zone d’aménagement Différée), en lien avec l’Etat, l’EPPS et la CASQY. L’objectif de la ZAD est de maitriser le foncier et éviter toute spéculation immobilière ou tout projet qui dénaturerait notre territoire.
Nous sommes déterminés, comme nous l’avons toujours fait par le passé, à garder la maîtrise de notre développement et à peser sur les enjeux d’avenir. Dans cet esprit, nous avons pesé pour obtenir l’enfouissement de la ligne 18 du métro du Grand Paris dans Guyancourt.

• Les équilibres sont aussi au cœur de notre projet sur les terrains dits Châteauneuf, au Pont du Routoir.
Après la livraison des logements, de la nouvelle école et prochainement de la clinique de soins, nous veillerons à préserver des espaces paysagers : une trame verte sera ainsi créée, depuis l’étang du château jusqu’au Bois de la Grille, ainsi que des activités de loisirs.


Nous tenons à porter une vision claire et équilibrée de notre territoire. Ce cap, nous l’avons fixé avec les habitants et nous le tiendrons.

 

Conseil municipal du 14 décembre 2015 - Déclaration sur l'intercommunalité

Déclaration de Gilles Breton concernant l'intercommunalité 

Notre conseil municipal est amené à se prononcer aujourd’hui sur les noms, sièges et gouvernance de notre future communauté d’agglomération, qui comprendra au 1er janvier prochain douze communes et 226 469 habitants.

Les noms et sièges proposés ne font pas débat, car ils s’appuient sur l’histoire de notre intercommunalité et sont le fruit d’un consensus entre les douze collectivités.

En revanche, la Gouvernance que veut imposer l’exécutif de la CASQY, à 75 délégués, est loin d’être une voie consensuelle et dévoie l’esprit même de la Loi. En effet, contrairement au droit commun (à 64 délégués), la proposition du Président de l’agglomération modifie les équilibres issus des urnes et altère la représentation de quatre communes, représentant 73 000 habitants.

Avec cet « accord local », notre commune, ainsi que celle de Trappes, Magny-les-Hameaux et La Verrière, n’auraient plus voix au chapitre sur des enjeux fondamentaux pour l’avenir de Saint-Quentin-en-Yvelines, sur les sujets nécessitant la majorité des deux tiers :

- La définition de l’intérêt communautaire qui détermine quels équipements, quelles compétences relèvent de la Communauté et non des Villes,
- La fixation du montant et des conditions de révision de l’attribution de compensation (AC) (en 2015, 6 751 047 € pour Guyancourt),
- La répartition des contributions au fonds de péréquation intercommunal (FPIC)
- Dans certaines conditions, la fixation de la composition du Bureau Communautaire et des délégations décisionnelles qui lui sont faites.

Pourtant d’autres solutions sont possibles : un accord à 73 délégués permettrait par exemple de préserver l’équilibre démocratique, tout en offrant au moins 2 délégués aux communes les moins peuplées et en évitant un vote des sept communes actuelles de la CASQY.

Malgré nos alertes répétées, le président de l’agglomération passe en force, ce qui revient à confisquer l’agglomération au profit de sa majorité. Cela est loin de l’intercommunalité apaisée que nous souhaitons et remet en cause la réussite de Saint-Quentin-en-Yvelines, fruit d’un travail collectif de plus de 40 ans.
Notre agglomération doit pouvoir rester une coopérative de communes, fondée sur un partenariat serein et la mise en place d’un projet de territoire commun.

Les élus du groupe Guyancourt pour Tous continueront d’agir dans cet objectif.