Agenda

 ◄◄  ◄  ►►  ► 
SEPTEMBRE 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Discours de François Deligné

Cérémonie des Voeux

Discours de François Deligné - Cérémonie des Vœux - 18 janvier 2011

Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les représentants des forces armées, de la sécurité publique et civile,
Mesdames et Messieurs les représentants d’établissements scolaires, et d’associations,
Mesdames et Messieurs les dirigeants d’entreprises,
Mesdames, Messieurs, chers amis,

Cette année encore, je suis heureux de vous accueillir avec l'équipe municipale pour vous adresser nos meilleurs vœux dans ce Pavillon Waldeck-Rousseau, habitué aux grandes manifestations guyancourtoises.

Je vous remercie d'avoir été si nombreux à répondre notre invitation ; nous avons souhaité, comme chaque année, vous convier ici à une cérémonie chaleureuse et fraternelle.

Chaleur, fraternité, participation, c'est l'état d'esprit qui nous anime et c'est le message que j'ai souhaité vous adresser en ce début d'année 2011 :
« Après une année sociale difficile, je souhaite que l'écoute et la solidarité l'emportent sur l'indifférence, pour permettre à chacun d'entre nous de construire sa vie ».

Car oui après cette année sociale difficile, il nous faut encore et toujours lutter contre l'indifférence.

Depuis 2008, le monde est entré dans une période de chaos économique. Et ce qui l'a provoqué n'a pas été résolu : la finance dirige toujours l'économie, les paradis fiscaux ont de beaux jours devant eux, la spéculation menace d'emporter certains de nos voisins européens…

Ce que nous révèle tous les soirs le journal télévisé sur l'économie, ce n'est pas uniquement la lointaine rumeur du monde mais une réalité criante, ici. Certains dirigeants nous annoncent que la reprise est là, mais au quotidien la crise sociale dure et s'aggrave : en 2010, le taux de chômage national est resté à 10 %.

Malheureusement, nous ne pouvons que constater que nous subissons un gouvernement indifférent à la souffrance sociale et sourd à la colère du pays.

L'exemple de l'automne dernier est frappant. Après une longue mobilisation, après 4 journées de manifestations dépassant 3 millions de participants, le Président a promulgué une loi de régression sur les retraites.

Pendant le mouvement social, les dirigeants semblaient avoir abandonné la politique et le débat d'idées pour le registre quasi-religieux de LA « Vérité » : le désaccord était indépassable car tout opposant ne pouvait être qu'un irresponsable ou un sot.

Je veux croire pour ma part qu'à force d'enfermement, ce gouvernement a perdu la bataille de l'opinion publique et que cela ne restera pas sans conséquence.

D'autant que d'autres mesures aggravent encore une situation économique et sociale déjà difficile, je pense par exemple à la sécurité sociale ou à l'injustice fiscale.

Il n'est pas dans mon habitude, surtout lors des vœux, d'attiser les polémiques. Ma préoccupation, c'est l'intérêt général : ce qui se joue aujourd'hui c'est la qualité et le niveau de service public qui vous seront rendus demain.

Depuis 2002, une déconstruction méticuleuse et patiente des services publics a été engagée, notamment avec le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant en retraite.

Nous en voyons régulièrement les conséquences dans l'Éducation nationale, dans la santé, et dans les services d'intervention de la sécurité publique et civile.

Non content de mettre en difficulté leurs propres services, les ministères traitent avec un mépris grandissant nos collectivités territoriales, qui aujourd'hui font vivre le service public et la solidarité au plus près de chez vous.

L'État ne cesse de nous mettre en situation financière incertaine : transferts de charges croissants, dotation de fonctionnement qui stagne quand tout augmente, conséquences en cascade de la suppression de la taxe professionnelle…

Cependant, la Ville de Guyancourt résiste encore bien financièrement, grâce à notre bonne gestion et aux fortes recettes de la taxe foncière des grandes entreprises de la commune.

Mais on nous demande d'exécuter toujours plus de services, en lieu et place de l'État, en nous accusant de trop dépenser et donc en exigeant que nous supprimions des postes.

Rassurez-vous, la Ville ne décidera pas demain d'arrêter toutes les actions qu'elle conduit au-delà de ses compétences minimales, mais il faut nous interroger sur le devenir du service public car nous savons qu'il est vital pour les habitants.

Alors pour permettre à chacun d’entre nous de construire sa vie, la Ville préfère l’écoute et la solidarité.

Nous nous sommes toujours attachés à rendre concret le lien qui existe entre ce qui porte notre projet – l'humanisme, la solidarité dans toutes ses dimensions – et l'action municipale au quotidien. Face à une crise sociale qui dure, la Ville de Guyancourt, avec le soutien essentiel de la Communauté d'Agglomération et de ses services, propose à son niveau le rempart d'un service public local de qualité.

Car on le sait, ce sont toujours ceux qui sont déjà les plus fragilisés, qui subissent le plus la crise. Mais il faut bien constater qu'aujourd'hui aucun foyer n'est réellement épargné ; chacun peut témoigner d'un ami ou d'un membre de sa famille qui traverse aujourd'hui des difficultés.

Évidemment, nous ne remplacerons pas des politiques économiques nationale et européenne que l'on voudraient plus efficaces, mais dans nos champs d'actions, dans la proximité, nous tentons d'atténuer les difficultés que nombre de nos voisins peuvent rencontrer.

Nous le faisons avec le service emploi évidemment qui travaille en réseau avec les autres structures existantes de Saint-Quentin-en-Yvelines (Maison de l'emploi, Mission locale, Maison de l'entreprise…).

Nous l'affirmons par les actions du CCAS et en plaçant la solidarité au cœur de l'action des services municipaux.

Mais le service public local, c'est tous les jours que vous pouvez, que nous pouvons en voir les effets dans notre vie, comme le film l'illustrait tout à l'heure. Ainsi la volonté de l'équipe municipale est qu'on puisse bien vivre à Guyancourt, y éduquer ses enfants, se loger convenablement, se détendre et s'élever par le sport et la culture.

Ce service public de proximité, nous le faisons vivre au quotidien mais également lors de situations plus exceptionnelles.

Nous l'avons vu le 8 décembre, sous la neige, lorsque les services municipaux ont joué un rôle remarquable pour éviter à de nombreuses personnes de se retrouver démunies, en maintenant ouvertes les crèches et en ouvrant les gymnases.

Je voudrais donc que vous remerciez avec moi les agents communaux pour leur engagement… et je salue aussi les nombreux Guyancourtois qui spontanément ont proposé leur aide, sous forme d'hébergement éventuel ou en apportant des couvertures.

Oui, la solidarité par l'action collective est une valeur partagée à Guyancourt.

La devise de notre commune est « vivre l'avenir », elle pourrait être aussi « Avec vous et pour vous » : La participation des citoyens est au cœur de notre réflexion et de notre action. Nous avançons dans les projets qui nous paraissent répondre à vos besoins et à vos préoccupations, avec le souci permanent de vous associer.

La ville s'est engagée depuis 2 ans à organiser régulièrement des Assemblées de Quartier où tous les habitants peuvent échanger directement avec les élus sur les projets qui les intéressent.

Il ne s'agit pas de bâtir des structures artificielles de démocratie locale. Nous choisissons la relation directe entre élus et habitants.

Pour définir le devenir de la commune, là-aussi, nous choisissons d'ouvrir grand les portes du débat. La loi fixe un cadre minimal de la concertation pour l'élaboration du Plan local d'urbanisme : durant cette année 2010, nous avons choisi d'aller au-delà et de multiplier les occasions de vous expliquer les enjeux, de vous entendre et de définir avec vous quelles devaient être les grandes orientations pour l'avenir de la commune.

C'est sur ces bases qu'a été élaboré le Projet d'aménagement et de développement durable, élément essentiel du Plan Local d'Urbanisme que nous avons voté le 14 décembre.

Ce projet est cohérent, il répond à vos attentes en termes de logements, de services, de cadre de vie, en termes d'emploi car il permettra aux entreprises de la commune de poursuivre leur développement.

Un développement qu'elles ont déjà entamé, avec la transformation de Bouygues Challenger en vitrine mondiale du développement durable et l'arrivée prochaine de 3 000 salariés supplémentaires au Technocentre Renault, portant ses effectifs à 15 000.

Ce travail de concertation pour préparer l'avenir de notre ville est aujourd'hui sous la menace d'une épée de Damoclès : l'incurie gouvernementale a provoqué des difficultés insondables entre les différents documents juridiques d'aménagement du territoire en Île-de-France.

Hélas, on nous demande aujourd'hui de nous projeter dans les 15 années à venir en nous fondant sur un schéma vieux de 16 ans ; un document anachronique, comprenant le tracé de l'A126 que le Préfet de Région nous avait pourtant assuré par écrit être caduque.

On mesure ici les aberrations – et le mot est faible - où l'on nous plonge. Mais la Ville tiendra bon, avec votre mobilisation le cas échéant, pour défendre un avenir que nous avons imaginé ensemble. Et je sais pouvoir compter sur les Guyancourtois.

La concertation a également présidé à l'élaboration du projet de requalification du centre ville. Pendant un an, à compter d'avril prochain, les abords de l'église Saint-Victor et de l'Hôtel de Ville, la Rue Ambroise-Croizat, vont faire peau neuve pour améliorer l'environnement, la circulation et les échanges dans le quartier.

Ces aménagements devenaient plus que nécessaires pour assurer l'accessibilité de tous à la mairie et aux commerces. Évidemment, il n'existe pas de travaux de cette ampleur sans désagrément. C'est pourquoi de nombreuses rencontres ont été organisées avec les riverains et les commerçants pour expliquer le projet et trouver ensemble les meilleures solutions pour que ce chantier majeur se déroule dans les meilleures conditions.

La concertation peut prendre bien des visages. Notre partenariat avec l'ensemble des associations de la ville est une forme privilégiée de la participation des habitants à la vie de la commune.

Chaque année, nous nous retrouvons autour de la fête populaire qu'est devenue « Associations en fête ».

Je retiens un témoignage d'une habitante, lors de l'édition de septembre 2010, qui me confiait qu'elle avait apprécié par dessus-tout cette ambiance conviviale et festive qu'elle ne retrouvait pas dans d'autres forums d'inscription.

La vie associative ne serait sans doute pas aussi riche sans ce dialogue fécond et réel. Il se traduit concrètement par les contrats d'objectifs avec l'ensemble des associations sportives et culturelles de la commune.

Mais pour 2011 je souhaite particulièrement attirer l'attention sur l'action des associations de solidarité dont on a vu ces derniers mois la fréquentation grimper en flèche.

La participation c'est aussi pour nous une véritable force. Car la Ville sait pouvoir compter sur vous quand il faut se battre pour l'école publique, comme nous l'avons fait certaines années, en partenariat avec les fédérations de parents d'élèves, pour garantir l'ouverture des classes nécessaires et l'accueil des enfants de 2 ans en maternelle.

Concertation et participation c'est aussi rappeler que l'équipe municipale a pris des engagements et qu'elle a des comptes à vous rendre.

En mars 2008, vous nous avez fait l'honneur de nous accorder largement votre confiance. Et sur le chemin qui nous mène de 2008 à 2014, l'équipe municipale et les services communaux ont déjà accompli une part importante des réalisations promises.

Il suffit de se remémorer les réalisations des derniers mois de 2010 avec l'accueil du Foyer Médicalisé John-Bost, la construction de nouveaux logements à Villaroy, l'inauguration de l'École Municipale de Musique, un grand moment de partage fin novembre, ou encore la mise en service du terrain synthétique du Gymnase Maurice-Baquet.

Nous pourrons regarder sereinement la concrétisation de ce qui nous reste à faire en 2011 et au-delà : j'ai parlé de la requalification du centre-ville, mais cette année verra aussi la transformation de l'école Breton-Labé en salles des fêtes pour les familles, particulièrement attendues.

Les Trois Mousquetaires, équipement sportif et de loisirs, vont connaître une importante extension, avec la réalisation de 2 terrains de tennis couverts supplémentaires.

Nous aurons le plaisir de continuer à participer au développement de l'université – Université de Saint-Quentin-en-Yvelines que nous avons voulu sur Guyancourt et qui fêtera cette année ses 20 ans.

Après la construction de l'observatoire du climat – comprenant l'institut Pierre-Simon-Laplace, la Région Île-de-France a confirmé le financement de la maison de l'étudiant, qui permettra de renforcer les liens de la ville avec les milliers d'étudiants qui travaillent sur place.

Enfin, à quelques pas, le Lycée d'Hôtellerie et de restauration engagera sa rénovation pour assurer son avenir et son rayonnement.

Je ne serais pas complet si je ne disais pas un mot de deux évènements phares qui se dérouleront à Guyancourt :
•    le Paris-Brest-Paris qui comme tous les 4 ans fera de notre ville le centre des attentions de tous les amateurs de cyclotourisme ;
•    l'Open de France qui se déroulera au Golf national et nous ouvrira les portes – nous l'espérons tous – les portes de l'organisation de la Ryder's Cup en 2018.

Comme vous le voyez, l'équipe municipale et les services de la Ville ont encore beaucoup de travail devant eux. Nous mènerons à bien ces projets en ayant toujours à cœur de vous rendre la plus forte qualité de service public possible, en nous attachant à ne jamais mettre en difficulté les finances communales et sans surcharger votre contribution fiscale.

L'année 2011 – je l'espère – nous permettra de progresser dans la réalisation de nos vœux de Justice sociale.

Pour réaliser ce souhait nous avons besoin que tous les acteurs de la commune, habitants, élus, associations, services municipaux et communautaires se fédèrent dans cet objectif. Vous pouvez compter sur moi pour y travailler.

Je vous remercie et vous souhaite une très bonne année 2011.

Share