Agenda

 ◄◄  ◄  ►►  ► 
MARS 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Déclarations en conseil municipal

Déclaration du groupe "Guyancourt Pour Tous" La ville avance

 Yves Machebœuf

Voici un mois, dans la même semaine, notre commune a été le lieu de deux manifestations qui illustrent parfaitement la vitalité de Guyancourt.

À l'invitation du Crédit Agricole, le 22 octobre était posée la première pierre du bâtiment Alsace, qui avec ses 20 000 m² accueillera dans le quartier des Chênes dans quelques mois plus de 1 200 collaborateurs supplémentaires.

À l'invitation d'Eiffage, le 24 octobre était posée la première pierre des 200 logements prévus à Châteauneuf, sur les ex terrains Maillet, pour moitié logement social et pour moitié accession à la propriété.

C'est la confirmation d'une réelle dynamique économique, que vient compléter l'implantation de l'entreprise Baxter à la Redoute de Bouviers (première pierre le 14 novembre) ou encore l'arrivée prochaine d'un millier de salariés supplémentaires au Technocentre Renault, construite en cohérence avec la réalisation de notre projet en terme d'habitat : Vous constaterez par vous-mêmes l'avancée des programmes de Villaroy Sud, Chagall ou Langevin, qui participent de la consolidation de notre modèle de mixité sociale et de parcours résidentiel.

À Guyancourt, c'est par un effort de long terme que nous avons mené pour obtenir cet équilibre entre développement économique et cadre de vie, l'un devant permettre la consolidation de l'autre.

Les élus de la majorité municipale réunis au sein du groupe « Guyancourt pour Tous » ont pour l'avenir l'ambition d'entretenir ce cercle vertueux qui fait la réussite de Guyancourt et participe au bien-être des Guyancourtois.

 

 

 

 

                                                                                                                                               

Adoption du budget primitif pour 2013

Lors de sa séance du 27 mars 2013, le Conseil municipal de Guyancourt a adopté le Budget primitif pour 2013, à l'unanimité des suffrages exprimés.

Déclaration du groupe « Guyancourt pour tous » sur l'adoption du budget primitif pour 2013

Le vote du budget primitif et des taux des impôts communaux directs de ce soir est venu confirmer dans les actes les termes de notre débat d'orientations budgétaires du 12 février dernier ; il inscrit une nouvelle fois dans la durée notre action en direction des habitants avec la consolidation d'un service public local fort et la réalisation des engagements que nous avions pris devant les électeurs en mars 2008.

Évidemment, la date de ce vote – exceptionnelle – vient rappeler que le budget de 2013 a dû être équilibré dans un contexte financier et économique fortement contraint.

Est-il nécessaire de revenir sur des modifications importantes que la commune a subi dans son environnement financier ?

Conséquence d'une réforme votée sous l'ancienne majorité parlementaire, notre contribution au FSRIF pour 2013 est estimée à 1,8 million d'euros, après avoir contribué à hauteur de 1,35 millions en 2012.

Nous poursuivrons notre action pour que l'équité soit enfin rétablie et que les communes comparables à Guyancourt retrouvent les moyens de mettre en œuvre la première des solidarités, celle qui s'exerce auprès de nos habitants, grâce à ses services publics locaux et un niveau élevé d'équipements.

Rappelons que nombre de Guyancourtois subissent une crise économique durable, et que la commune doit assumer pleinement son rôle de « bouclier social ».

Cette situation justifie à nos yeux que nous consolidions notre action volontariste pour la solidarité :

- la subvention versée au CCAS sera cette année de 408 000 €, contre 239 000 inscrits au budget primitif 2012 ;

- l'effort fiscal des familles guyancourtoises ne sera pas alourdi.

Notre ville est capable de faire face car elle profite de la gestion exemplaire des finances locales mise en œuvre depuis de nombreuses années, comme l'a rappelé le vote du compte administratif. La ville de Guyancourt continue de bénéficier du dynamisme économique du territoire, favorisé par l'action conjuguée de la commune et de la communauté d'agglomération.

Enfin, notre équipe réalise avec responsabilité les engagements de la liste « Guyancourt pour tous », les marges de manœuvre de notre commune ayant toujours été justement estimées.

Ainsi, 2013 sera bien une année de réalisations, au rang desquelles nous pouvons citer :

- le démarrage de la construction du nouveau groupe scolaire Lurçat-Triolet ;

- l'extension du local associatif Pierre-Mendès-France ;

- ou encore la requalification complète de l'espace Yves-Montand…

Les élus du groupe « Guyancourt pour tous » tiennent à saluer l'important travail de préparation budgétaire réalisé par la direction des finances mais également par l'ensemble des services.

MOTION SUR LE FONDS DE SOLIDARITÉ DE LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE


CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2012

MOTION SUR LE FONDS DE SOLIDARITÉ DE LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE VOTEE A L’UNANIMITE

Le conseil municipal de Guyancourt appelle à nouveau l’attention de l’État sur les dispositions de péréquation intégrées au projet de loi de finances pour 2013 actuellement en discussion.
Les finances de notre commune, et de plusieurs autres en Île-de-France, sont en effet particulièrement affectées par la modification profonde du Fonds de Solidarité de la Région Île-de-France depuis l’adoption de la loi de finances pour 2012 en décembre 2011.
Les projections pour 2013 porteraient la contribution au FSRIF de Guyancourt à hauteur de 1,8 million d’euros, ce qui rend l’élaboration du budget primitif de la commune pour 2013 extrêmement difficile.
Nous sommes évidemment favorables à la nécessité d’une forte redistribution en direction des communes confrontées à de profondes difficultés sociales et territoriales. L’actualité récente a permis à ce titre de braquer les projecteurs sur la dureté des inégalités territoriales et sociales dans notre Région.
Cependant, le dispositif tel qu’il avait été modifié comporte des effets pervers qui pénalisent fortement des communes – Aubergenville, Arcueil, Chevilly-Larue, Clichy-la-Garenne, Corbeil-Essonnes, Fontenay-sous-Bois, Gennevilliers, Guyancourt, Ivry-sur-Seine, Massy, Nanterre, Noisy-le-Grand, Pantin, Poissy ou encore Saint-Ouen – qui, comme la nôtre, ont la particularité à la fois de bénéficier de ressources économiques mais qui doivent répondre à des besoins sociaux importants.
Il serait préjudiciable à la pérennité du dispositif de maintenir des modes de calcul appauvrissant quelques communes qui bénéficiaient des moyens de répondre aux besoins sociaux de leurs habitants. De même, il est inéquitable de protéger les ressources de communes économiquement riches dont la population est aisée en plafonnant leurs contributions à la solidarité territoriale.
Il est indispensable de retrouver le sens de l’équité, en maintenant le dispositif global du FSRIF et son objectif de redistribution en direction des communes les plus défavorisées.
L’État doit jouer le rôle de garant de la solidarité réelle entre les territoires.

Aussi :
- Nous demandons aux ministres en charge de ce dossier de réintroduire dans le débat en cours sur le Projet de Loi de Finances initial pour 2013 des amendements permettant de corriger les effets collatéraux de la réforme de 2011.
- Nous demandons enfin que le gouvernement et le syndicat « Paris Métropole » travaillent à la réintroduction concrète dans le dispositif du FSRIF des « critères de charges » c’est-à-dire des critères prenant en compte la situation sociale réelle des habitants des communes franciliennes.