Agenda

 ◄◄  ◄  ►►  ► 
MARS 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Déclarations en conseil municipal

Leçons de sarkozysme - 3 Février 2009

Déclaration du Groupe « Guyancourt pour Tous » - Conseil municipal du 3 Février 2009

Nous assistons depuis plusieurs mois déjà à la « valse des réformes » : réforme de l’Audiovisuel, réforme de la Justice, réforme de la Recherche, réforme de la carte militaire, et bien d’autres qui laissent les Français, perplexes.

Perplexes, au vu des méthodes utilisées. Il semble que le mot d’ordre pour Monsieur Sarkozy et son Gouvernement soit « imposer ! ». Imposé par exemple le Service Minimum d’Accueil quand 9 Maires sur 10 refusent de mettre en place une mesure inapplicable. Alors, on passe en force par la loi !

Perplexes quant à l’adhésion par ses propres pairs : au-delà des justes réactions des parlementaires socialistes qui voient leur droit d’expression limité, d’autres parlementaires, issus de la majorité, se sont également offusqués du projet de loi visant à entraver le droit d’amendement.

Perplexes quant au bien-fondé : nous ne reviendrons pas sur le tôlé qu’a provoqué le fichier Edvige.

D’autres illustrations à l’appui : privatisation de La Poste, travail dominical, etc.

Sans parler des mesures qui se font sans concertation avec les collectivités territoriales et à leur détriment : tentative de suppression de la Dotation de Solidarité Urbaine et réforme de la Taxe Professionnelle entre autres.

La tendance présidentialiste est l’autre pendant du sarkozysme : concentration des pouvoirs à l’Elysée, désignation du Président de France Télévisions, suppression des juges d’instructions, médiatisation à outrance…

Autant d’exemples dont les enjeux, douteux pour les uns, limpides pour les autres, nous font dire « halte au sarkozysme ! ».

« L’appel des appels », lancé en décembre dernier, a réunit 20 000 signatures autour de professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture. Tous ont manifesté le 31 janvier dernier afin de dénoncer la faillite de notre système social. Un appel qui témoigne de l’inquiétude partagée par les élus du groupe « Guyancourt pour Tous ».

Vote du budget primitif 2009 - 16 décembre 2008

Déclaration du Groupe « Guyancourt pour Tous » - Conseil municipal du 16 décembre 2008

Nous venons de voter ce soir le budget primitif 2009. Ce sera le premier budget voté à l’issue du renouvellement des exécutifs locaux.

À Guyancourt, nos concitoyens ont fait le choix majoritaire – à plus de 73% - d’une équipe porteuse d’un projet de ville, d’un projet de vie. Un projet fondé sur la proximité, la solidarité, la simplicité, mais aussi la tranquillité, l’équilibre et l’amélioration sans à-coups de notre cadre de vie collective, sans démesure de nos perspectives d’avenir en commun.

Avec vous, Monsieur le Maire, le groupe « Guyancourt pour tous » s’est engagé à remplir résolument ces engagements et à maintenir le cap dans un contexte de turbulences qui secouent la France, l’Europe et le monde.

Guyancourt n’est pas un îlot hors des enjeux ou un territoire préservé des crises qui traversent nos sociétés et des politiques qui ébranlent notre pays.

Les crises, boursières et financières, puis économiques et désormais sociales, ne sont pas sans conséquences sur notre quotidien.

Les politiques menées au niveau gouvernemental ne sont pas sans nocivité pour nos finances locales et ne sont pas sans induire des charges supplémentaires en matière de solidarité publique locale.

Élus locaux nous devons agir pour garantir la cohésion sociale et le pacte républicain trop souvent mis à mal.
Notre exercice budgétaire en est un moyen.

Je ne vais pas vous surprendre en vous déclarant que nous retrouvons toutes ces exigences et ces ambitions dans le détail de ce budget primitif.

Je ne vais pas vous surprendre en disant que les choix budgétaires que vient d’exposer Geneviève Sagbohan vont dans le sens souhaité par le Groupe « Guyancourt pour tous ».

Bien entendu, une partie de la minorité, l’opposition municipale est intervenue pour dire qu’elle ne partageait pas ces orientations.

Oui, je le dis ici : il y a effectivement une différence de fond et de forme entre la conception de l’exercice du pouvoir au niveau gouvernemental aujourd’hui et notre conception de l’action publique à Guyancourt.

Oui, nos choix et nos priorités vont dans le sens de la solidarité, de la politique d’entraide, d’un service public de qualité, service public mis en œuvre par des agents municipaux conscients que leur mission est d’être à l’écoute de nos concitoyens.

Oui, nous sommes fiers des choix qui sont collectivement faits par notre majorité municipale.

Nous sommes, comme beaucoup de nos compatriotes et comme l’écrasante majorité des collectivités territoriales, dans le brouillard concernant l’évolution du désengagement de l’État, et le délestage de ses charges au détriment de nos collectivités.

Mais comme l’a rappelé notre adjointe aux finances, nous continuons à Guyancourt à pouvoir faire face, à assurer encore le respect des engagements pris. Tout cela grâce à notre gestion rigoureuse, notre attractivité et la confirmation de notre développement économique.

Tout cela, c’est du concret.

Car en ces périodes de crise et de gesticulations médiatiques, c’est bien au niveau des collectivités locales que la vie quotidienne de nos concitoyens peut être prise en compte.

Dans ce contexte difficile, c’est bien le sens de ce budget et de l’action des élus de « Guyancourt pour tous ».

Débat d’Orientation Budgétaire 2009 - 19 novembre 2008

Déclaration du Groupe « Guyancourt pour Tous » - Conseil municipal du 19 novembre 2008

Le Débat d’Orientation Budgétaire est le moment privilégié pour nous élus, pour que nous nous prononcions sur les choix financiers déterminant les grandes orientations des actions et des politiques locales.

L’exposé de Geneviève Sagbohan, nous a montré que la situation financière de la Commune de Guyancourt fait l’objet de toutes les attentions : si des efforts significatifs ont été consentis, des arbitrages restent nécessaires pour réduire les conséquences et éviter les risques dus au contexte national.

La préservation d’une structure budgétaire saine sera obtenue au prix d’une bonne tenue de nos orientations et surtout d‘une extrême maîtrise – pour ne pas dire d’une rigueur – de la gestion puis de la prévision budgétaires.

Elle est aussi le fruit d’une préparation minutieuse et d’une optimisation des ressources accomplies par l’équipe municipal et les services communaux.

Elle est aujourd’hui une garantie Elle sera demain un point d’appui de la ville pour faire face aux impacts locaux du marasme sociale, de la crise économique et financière globale, mais aussi de la poursuite du désengagement larvé et programmé de l’État au détriment des collectivités comme les nôtres.

Sans être alarmiste, il est bon de rappeler quelques chamboulements qui nous peuvent nous atteindre demain…

Par exemple, la perte des 339 000 € de la DSU, reste encore une menace à venir pour nos finances locales.

Si nous venons à la perdre, et que les mécanismes du fonds de solidarité des communes de la région parisienne reste les mêmes, cette perte qui grèverait notre budget de prés de 1,2 millions d’euros.

Alors que nous perdrions ces recettes, nous resterions toujours victimes des couvertures partielles des transferts de charges de l’État que nous déplorons depuis plusieurs années.

Nous devons rester vigilants quant aux conséquences sociales de la démission de l’État en matière de solidarité, avec tout ce que cela entraîne dans les service à la population et les actions de proximité que nous serons obligés d’assurer encore et toujours.

Malgré tout, Guyancourt conserve son rôle moteur au sein de l’agglomération, en matière de dynamisme économique, générant les ressources attendues pour les finances communales et intercommunales.
Nous maintenons le produit de notre attractivité, même si la crise économique peut induire d’autres difficultés à venir.

Notre – désormais - absence d’endettement nous préserve encore des marges éventuels de manœuvre. C’est dans cette optique que nous avons conduit cette démarche de désendettement en précaution face à ce contexte déjà décrit.

Nous pouvons nous féliciter de cette rigoureuse gestion qui nous assure aussi une maîtrise de notre pression fiscale et éviter ainsi d’alourdir la facture des familles guyancourtoises, même s’il faut continuer à procéder aux nécessaires arbitrages.

Des ajustements restent à faire pour finaliser la préparation budgétaire et le budget primitif qui sera soumis à notre délibération le mois prochain…

En ayant consolidé nos équilibres financiers, nous pourrons continuer à respecter les orientations pour lesquelles les Guyancourtoises et les Guyancourtois nous ont renouvelé leur confiance.

Pour 2009, nous pouvons continuer à assurer les services à la population qui sont tendus vers les mêmes préoccupations de proximité, les mêmes ambitions de solidarité, les mêmes exigences de qualité des services publics, le même sens de responsabilité, mais aussi la même priorité aux politiques éducatives.

Pour 2010 et les années suivantes, nous sommes tout de même suspendus à certaines décisions de l’État.

Nous aurons aussi à répondre à la montée de la demande sociale, qui viendra immanquablement avec la crise financière puis la crise économique annoncée par la récession qui se confirme et à la montée du chômage qui se précise.

Si ce contexte se confirme, l’augmentation du coût de la vie touchera autant les communes que les ménages et nécessitera d’autres réflexions pour éviter les tensions sociales qui suivent souvent ces périodes de récession et de stratégies gouvernementales contestables.

Car cette tension sociale sera en grande partie la conséquence d’une politique gouvernementale faite essentiellement de mesures brutales, de décisions improvisés et surtout d’effets d’annonce sans aucune concertation avec les principaux intéressés, en particulier les collectivités locales.

L’avenir augure mal des risques financiers qui pèsent sur nos communes, surtout celles qui assument des populations à revenu relativement modestes comme les nôtres.

Nous devrons doubler de vigilance, de capacité d’anticipation et de rigueur de gestion pour ne pas avoir à affronter à l’avenir des choix douloureux imposés par les errements et les démissions de l’État.

Toutefois, le groupe « Guyancourt pour tous » reste résolument mobilisé à défendre - en priorité - les intérêts des Guyancourtois, sans jamais renier nos valeurs et nos convictions : la solidarité et la justice, la cohérence et la proximité pour améliorer en permanence les conditions de vie des familles guyancourtoises.